• Email: contact@neurodeclic.com
0,00 € 0

Ecrans et jeux vidéos

Depuis plusieurs années, on parle du danger que représentent les jeux vidéos chez les jeunes enfants. Addiction, démotivation pour les apprentissages scolaires, altérations du développement, désocialisation, sont les mots qui reviennent le plus souvent.

Il est vrai que dans ma pratique, j'assiste à des choses déroutantes.


Tel enfant de 3 ans qui fait une colère parce que sa mère l'empêche de prendre son téléphone portable, tel autre de 4 ans qui se bagarre avec son grand frère de 7 ans pour une tablette, enfin ce dernier de 6 ans qui absorbé par une tablette en marchant fait une chute  dans un petit escalier (heureusement sans gravité) mais se met à pleurer et à hurler quand il se rend compte que la tablette ne marche plus...


Oui, ça donne à réfléchir. Surtout quand on est, comme moi, friand de ces nouvelles technologies du numérique! Comme bien souvent, c'est l'abus et la mauvaise utilisation d'un objet qui sont nuisibles.

Mamie Geek tricote sur ordinateur


Des jeux numériques de rééducation du langage et des fonctions cognitives, est-ce bien raisonnable?


Les jeux Neurodéclic et ceux d'autres éditeurs ciblent des domaines spécifiques de la cognition qui sont atteints lors de certaines pathologies du langage, de la cognition et du développement. Au lieu d'avoir recours à des images sur cartes, des mots, des textes, des exercices imprimés sur papier, le thérapeute lance un programme qui comprend en plus, des sons, des animations, du mouvement, des transformations... et gagne du temps. Un temps mis à profit pour guider, expliquer, encourager, écouter.

Et la relation dans tout ça?


A travers le logiciel et le jeu, la machine devient un enjeu de victoires et de défaites, un réceptacle d'actions et de décisions. La machine ne triche pas et le joueur est face à lui-même comme face à un miroir. Elle seule a le verdict, elle seule dit quand c'est bon ou pas bon. Alors le thérapeute libéré de ce rôle d'arbitre peut être celui qui aide son patient à gagner ou... parfois à perdre et donc le motive à apprendre pour percer le secret du jeu, l'encourage à travailler pour "conduire" le jeu, à s'entraîner pour gagner, à gagner pour se sentir fier de soi.


Leave a comment

Your email address will not be published.